UN PEU D'HISTOIRE
DECOUVRIR CAZALS
UN PEU D'HISTOIRE
PARCOURIR CAZALS
PARCOURIR CAZALS
LA REGION
COIN CAMPING
COIN CAMPING
MANIFESTATIONS
� Les Cazals � (casa : maison) étaient de petites propriétés cultivées par des serfs dépendant de la seignerie de Gourdon et installés le long de l'ancienne voie romaine Cahors-Périgueux. Les seigneurs de Gourdon firent construire le château de Cazals au cours du 12ième siècle.

Au milieu du 14ième siècle on peut penser que Cazals a pris le visage que nous lui connaissons aujourd'hui :
- au Nord-Ouest, la paroisse Notre Dame de Ginolhac;
- à l'Est ,le lieu fort ou castrum de Cazals (bâtiment classé) Ce fut la construction du château fortifié qui fixa alentour une population qui vécut de l'exploitation domaniale et agricole. L'existence du � castrum � de Cazals est attestée en 1196, lors du conflit opposant le roi de France à celui d'Angleterre. Trois familles se partagent alors la seigneurie : les Cazals, les Guerre et les Bonafos. Pendant la Croisade contre les Albigeois, ces dernières vont embrasser la cause du comte de Toulouse, et même, quelques-uns de leurs membres vont se convertir à la foi cathare. Les représailles sont radicales. En 1214, les biens des Bonafos et des Pestilhac (alliés aux Guerre) sont confisqués. Simon de Montfort, quant à lui, s'approprie la forteresse de Cazals. Après sa mort, son fils ayant été emmené à renoncer à son héritage, Cazals entre dans le domaine royal. Rétrocédé au comte de Poitiers, frère du roi, qui meurt sans postérité et Cazals redevient alors une possession du roi de France.
En 1287, Philippe le Bel accorde au roi d'Angleterre la � baylie � de Cazals ( c'est-à-dire, son administration).
- entre les deux � La bastide de Montalza � fondée en 1319 par Guillaume de Toulouse sur ordre des anglais. il faut entendre par-là, une ville nouvelle fortifiée, aménagée selon un plan précis et rigoureux,bénéficiant de droits établies par une charte et administrée par des consuls .Les anglais sont ainsi assurés de trouver une halte sure et des revenus pour loger et entretenir les troupes,face aux possessions du roi de France( bastide de Montcabrier)


Pendant la guerre de Cent Ans, Cazals connaitra des heures noires. Les armées du prince de Galles déferlent, en 1355, aux alentours, soutenues par quelques seigneurs locaux. Son fils Philippe transformera Cazals en bastion anglais. Situation qui va perdurer jusqu'en 1442. Revenues alors dans le giron du domaine royal, la ville et sa forteresse sont devenues un champ de ruines vidé de ses habitants. Le repeuplement sera laborieux.Il est assuré principalement par des limousins et des auvergnats.

Les Vielcastel, branche de la famille de Salviac, seront les nouveaux seigneurs des lieux. Ruinée par l'interminable conflit franco-anglais, cette vieille famille quercynoise, dont l'origine se perd dans la nuit des temps, tentera, par le choix des alliances, de survivre dignement. Ils sont sans doute les constructeurs de la demeure actuelle, située sur le castrum.
Pendant les guerres de Religion, les seigneurs de Cazals restent fidèles au roi de France et catholiques convaincus. De même, pendant les soubresauts et les intrigues de la Fronde, soutiendront-ils fermement la régente Anne d'Autriche, puis le jeune roi Louis XIV. Cette famille de Vielcastel restera à Cazals, jusqu�à la période révolutionnaire. Loin des villes le cazalais a vécu une révolution tranquille et sans excés. En 1794, Charles de Vielcastel n'est plus propriétaire du château de Cazals. Il a vendu la demeure de ses aieux à un notaire.


Située sur la ligne Montpellier-La Rochelle, ville étape pour les voyageurs commerçants empruntant la voie antique Cahors-Périgueux, Cazals a gagné des foires et des auberges florissantes. Elle fut également une étape pour les pélerins de Saint Jacques de Compostelle qui faisaient le détour par Rocamadour.

Au 16ième siècle, au temps de François 1er, Hugues SALEL, enfant du pays, poète quercynois, traducteur d'Homère, a rendu hommage à Cazals dans ses poèmes.

Malheureusement , les fortifications ont été détruites ( par le maréchal de Biron en 1588),les guerres ont eu raison des galeries couvertes. La halle a disparue pour laisser passer la route. Mais Cazals y a gagné sa vaste place, si remarquable. Le plan régulier des rues et quelques passages couverts témoignent de l'existence de la bastide. Subsistent encore des maisons nobles, bourgeoises, que l'on peut admirer lors d'une promenade

Le château domine le bourg. Il compte encore de nombreux vestiges du � castrum � du XIV siècle : Les murailles des fossés, la porte de � guerre �, les fondements de la tour nord-ouest, les murs sud-ouest de la chapelle Saint-Martin, située à l'entrée de la demeure, ainsi que le puits public et les fondations de l'édifice dans son ensemble. A la tour carrée Nord-Est ont été ajoutés, sans doute au X VI siècle, deux corps de logis en équerre. Le château est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1994.

L'église moderne possède un rectable en bois 18ième (c), des tableaux 18ième, la Vierge à l'Enfant 15ième, 4 panneaux sculptés 18ième (c), 2 statues bois repeint du 17ième (St Côme et St Damien).


 

camping.mairiecazals
21/01/05